Sexisme en entreprise : une prise en conscience en marche en 2024 ?

Sexisme en entreprise : une prise en conscience en marche en 2024 ?
Adeline Lajoinie

Le sexisme en entreprise est un véritable enjeu en 2024. Si les efforts de sensibilisation sont croissants, les effets sont-ils vraiment notables ?

Entreprises et collègues plus à l’écoute du sexisme au travail

À l’occasion de la journée nationale de lutte contre le sexisme, le 25 Janvier, l’observatoire Ekilibre – Opinionway a publié les chiffres de sa nouvelle étude sur les violences sexistes et sexuelles dans les relations de travail. 

Elle révèle une évolution positive dans la perception et la gestion du sexisme au travail. Une baisse notable de 10% a été observée dans le pourcentage de salariés confrontés au sexisme. 

Cette tendance encourageante est soutenue par le fait que 73% des employés expriment leur satisfaction quant aux mesures prises par leur entreprise contre les violences sexistes et sexuelles.

Booster la santé mentale en entreprise

À l'heure où 1 salarié sur 2 s'estime être en détresse psychologique (Opinion Way), le rôle des entreprises dans la santé mentale des collborateur·ice·s n'est plus à démontrer. Découvrez 7 conseils pour des équipes épanouies et en meilleure santé dans notre e-book sur le sujet : culture du feedback, ouverture et parole libérée, avantages salariaux etc. Inspirez vos actions QVCT et faites de votre entreprise une championne de la santé mentale. Cet e-book vous est proposé par notre partenaire Urban Sports Club.

Découvrir l'e-book

Il est également réconfortant de constater que 74% des travailleurs se sentent en sécurité et libres de dénoncer tout propos ou action discriminatoire au sein de leur entreprise. Ce sentiment de sécurité est renforcé par la confiance de 71% des employés dans le soutien de leur entreprise face aux discriminations.

De plus, quatre femmes sur dix estiment que les propos et comportements sexistes ont reculé ces deux dernières années.

Les collègues jouent un rôle crucial dans ce contexte, étant considérés comme les alliés les plus efficaces (38%) face aux actes sexistes, surpassant les représentants du personnel (25%) et les supérieurs hiérarchiques (23%). Cette solidarité interne est essentielle, bien qu’il reste encore beaucoup à faire pour éradiquer complètement le sexisme au travail.

Autre source d’information : le baromètre #StOpE 2023 montre un impact positif des actions menées : une prise de conscience accrue et une réduction des comportements sexistes. Notamment, 50% des salariés sont désormais plus attentifs à ces problématiques. De plus, 41% des femmes et 51% des hommes constatent une diminution des comportements sexistes ces trois dernières années, un progrès significatif par rapport à la moyenne nationale.

Les formations sur le sexisme au travail ont également connu une hausse remarquable. La moitié des salariés dans les entreprises membres de #StOpE, par exemple, a reçu une formation, contre seulement un quart au niveau national.

“Le Sexisme est une réalité des relations ordinaires de travail en 2024 en France. C’est un risque psychosocial sous-estimé et pour lequel les actions de sensibilisation doivent se renforcer sans option facultative d’y participer “ souligne Jean-Christophe VILLETTE, DG d’Ekilibre, psychologue du travail et des organisations.

La suite après la publicité

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

Mais toujours plus de salarié·es touché·es par le sexisme

Selon l’étude de l’observatoire Ekilibre/Opinionway, le sexisme au travail demeure un problème préoccupant. Près de la moitié des salariés (49%) ont été exposés à des comportements sexistes ces 12 derniers mois. Ces agissements se manifestent souvent sous forme de “blagues” à connotation sexuelle (34% des cas), des commentaires sur le sexe ou le genre (28%), ou des remarques sur l’apparence physique ou la tenue (16%).

Malgré les efforts, 27% des salariés se disent insatisfaits de la réponse de leur entreprise face à ces violences. Ce chiffre alarmant montre une augmentation de 5 points par rapport à l’année précédente. 

Les femmes sont particulièrement affectées, subissant deux fois plus de discriminations liées à leurs compétences ou à leur apparence que les hommes. Et plus particulièrement les femmes cadres ou managers. En effet, 50% des femmes dirigeantes rapportent avoir été confrontées à des attentes stéréotypées en termes de qualités et comportements managériaux.

Les conséquences sur le bien-être et la performance au travail sont significatives : 60% des victimes observent des impacts négatifs sur leur travail, avec 23% changeant d’emploi, 20% ressentant de la tension au travail, et 17% se sentant isolés.

Le baromètre #StOpE révèle aussi que 80% des femmes sont régulièrement confrontées à des attitudes sexistes au travail. Cette situation, stable depuis deux ans, affecte toutes les générations. 

Pour les femmes managers, le sexisme se traduit souvent par un “sexisme bienveillant”, où certaines qualités managériales sont perçues comme intrinsèquement féminines. Plus de 90% des femmes impactées par le sexisme ressentent une atteinte à leur confiance et à leurs compétences.

Ces données mettent en lumière la persistance du sexisme au travail et la nécessité d’actions continues et renforcées pour y remédier.

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.