baromètre soft skills

Engagement en Entreprise : Seuls 6 % des salariés français se sentent engagés dans leur entreprise

Engagement en Entreprise : Seuls 6 % des salariés français se sentent engagés dans leur entreprise
Adeline Lajoinie

La France est avant-dernière en Europe dans le classement de l’engagement au travail de Gallup. Une position qui ne traduit pourtant pas un bel épanouissement des français dans leur vie en général, un taux de stress moyen et un taux de colère ou de tristesse assez bas.

Des français désinvestis mais heureux dans l’ensemble 

Le rapport State of the Global Workplace travaille depuis des années à démontrer que l’engagement des collaborateurs est un facteur-clé de la croissance et de la productivité d’une entreprise. Et cet engagement baisse malheureusement d’années en années.

En Europe, sur 38 pays, la France est 37ème dans son taux d’engagement. Seuls 6 % des salariés français se déclarant réellement engagés dans leurs missions (devant les Italiens, à 4%).

Un désengagement qui se veut global en Europe puisque moins de deux salariés européens sur dix se sentent engagés au travail. En Europe, le pays le plus engagé est la Roumanie- avec un taux d’engagement de 33%. Ailleurs dans le monde, les taux les plus hauts se trouvent aux Etats-Unis (33%), en Asie du Sud (27%) et en Asie du Sud Est (24%). 

Quelles sont les causes de ce désengagement au travail ? Selon Gallup, la principale source de désengagement des employés serait le traitement injuste au travail, suivi par une charge de travail ingérable, une communication peu claire de la part des responsables, un manque de soutien de la part des responsables et des contraintes de temps déraisonnables. 

Les chercheurs de Gallup soulignent alors, quelque peu pessimistes, que “le monde est plus proche de la colonisation de Mars que de la réparation des lieux de travail défaillants”. 

A lire également :

Pour aller plus loin sur la paie

Découvrez toutes les évolutions à intégrer dans la construction de la paie en 2022, les derniers changements datant du 8 novembre 2022. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire les Editions Tissot.

Je télécharge gratuitement

Un bonheur global chez les français

Ce désengagement ne semble pas avoir de conséquence sur le moral des européens, les français en tête. En effet, les français se sentent épanouis dans leur vie, à 43%.

Même constat chez nos voisins européens : 84% des salariés s’estiment épanouis en Finlande, 78% au Danemark et 77% en Islande).

Advertisements

Même constant en Italie (40%), en Espagne (41%) ou au Portugal (37%). En comparaison, une région avec un fort taux d’engagement au travail comme l’Asie du Sud affiche un taux d’épanouissement global beaucoup moins haut qu’en France (11%).

Beaucoup de stress mais une moindre colère et tristesse

En Europe, le stress fait pleinement partie du travail puisque 59% et 56% des employés désengagés déclarent ressentir du stress et des inquiétudes fréquemment au travail.

Les français n’échappent pas à ce stress, parmi les émotions négatives qui les impactent le plus au quotidien : 44% des Français disent ressentir du stress la plupart du temps au quotidien, plaçant l’Hexagone dans le top 10 des pays d’Europe ou le stress est le plus présent.

Du côté des autres émotions négatives, les salariés européens sont 31 % à ressentir fréquemment de la colère au travail et 33 % des douleurs physiques. Des chiffres qui se révèlent de 46 % à 83 % plus élevés pour les employés désengagés que pour les employés engagés.

Les Français sont dans la moyenne européenne basse avec 19% déclarant ressentir de la tristesse de manière quotidienne (en baisse de 2 points par rapport à 2020) et 16% de la colère (stable par rapport à 2020).

Et c’est à nouveau en Asie du Sud Est et Asie du Sud par exemple que la colère et la tristesse quotidienne sont les plus élevées  avec des taux de 34% et 42% dans ces pays.

A lire également :

Notez le

Rated 4.5 / 5 based on 290 reviews
Partager l'article

Adeline Lajoinie

Ancienne journaliste, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.