QVCT : Comment insuffler plus d’humain dans le travail ? 

QVCT : Comment insuffler plus d’humain dans le travail ? 
Adeline Lajoinie

Les mutations profondes et rapides du monde du travail (hybridation, digitalisation, IA…) ont provoqué de nombreux troubles chez les salariés. L’heure semble être à plus d’empathie, d’humanité, de sécurité dans les rapports sociaux au travail. Mais comment mettre ça en place, concrètement ?

Humain, écoute et connaissance de soi au service du développement professionnel

Pour son édition 2024, la semaine de la Qualité de Vie au Travail (QVT) du 17 au 21 juin se concentre sur le thème : « Anticiper le travail de demain ». Cette réflexion est propulsée par le podcast “Visions – un monde du travail en mutation”, qui depuis deux ans explore comment le monde professionnel évolue, à travers 33 épisodes avec des experts variés.

À cette occasion, Laure Brignone, fondatrice d’UneÉtincelle, alliant les perspectives d’économiste et de psychologue, met en lumière les tendances clés du futur du travail, partageant avec nous des extraits de son podcast.

Elle souligne l’importance de replacer l’humain au cœur de l’entreprise, prônant plus de respect, de reconnaissance et d’écoute. Marie-Noëlle Rey, Directrice Générale de l’entreprise K-Dix, illustre ce point : « Pour moi la communication interne est un ancrage, c’est la fondation de l’entreprise. (…) Sa finalité est la confiance réciproque. »

Le bien-être des employés est essentiel pour leur motivation et leur engagement. Pascale Kroll, spécialiste RH, affirme : « On a un besoin de recentrage sur l’humain, de s’aligner avec ses valeurs. Les humains ont envie d’avoir un travail qui va alimenter leur raison d’être. » En ce sens, le travail doit faire sens et s’aligner avec les aspirations profondes des individus.

Sandra Boré, coach formatrice, met en garde contre le burn-out, symptôme d’un monde du travail exigeant trop de tout. Elle conseille : « Il faut vraiment prendre soin de soi, s’autoriser à ralentir, s’autoriser à s’écouter quand on sent qu’on ne va pas bien. » Cette écoute de soi est cruciale pour maintenir sa santé et trouver du sens dans son activité professionnelle.

Enfin, le rôle du manager semble de plus en plus complexe dans un environnement incertain. Thierry Picq de l’Emlyon Business School note : « Le manager est confronté à de nombreux paradoxes : distanciel et en même temps présentiel, individualisation et en même temps il faut qu’il crée du collectif. » Le manager doit aider ses collaborateurs à grandir, à trouver leurs solutions, et à s’épanouir dans leur travail.

Le développement professionnel de demain repose donc sur une écoute attentive de soi et des autres, la connaissance de ses propres besoins et aspirations, et une communication efficace et respectueuse au sein de l’entreprise.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

Préserver la santé mentale en entreprise

À l'heure où 1 salarié sur 2 s'estime être en détresse psychologique (Opinion Way), le rôle des entreprises dans la santé mentale des collborateur·ice·s n'est plus à démontrer. Découvrez 7 conseils pour des équipes épanouies et en meilleure santé dans notre e-book sur le sujet : culture du feedback, ouverture et parole libérée, avantages salariaux etc. Inspirez vos actions QVCT et faites de votre entreprise une championne de la santé mentale. Cet e-book vous est proposé par notre partenaire Urban Sports Club.

Découvrir l'e-book

Comment s’adapter à la pluralité des parcours professionnels et des modèles de travail ?

L’évolution actuelle des modèles de travail se traduit par une mutation profonde dans les activités, les temps, les lieux et les modalités de travail.

La suite après la publicité

Cette transformation reflète un passage du modèle unique à des modèles multiples. Les temps et les espaces professionnels ne sont plus rigides et fixes, et les frontières entre le professionnel et le personnel deviennent de plus en plus floues.

Audrey Chapot, anthropologue et consultante en organisation, observe : « Il y a vraiment une mutation profonde, et du travail – c’est à dire qu’est-ce que c’est, à quoi ça sert, comment on le définit et comment il doit évoluer et se transformer – et en même temps il y a une mutation profonde de notre rapport au travail : qu’est-ce que l’on veut en faire, qu’est-ce qu’il nous dit et comment on veut s’en saisir. »

Le travail, autrefois une finalité, devient aujourd’hui un moyen parmi d’autres pour atteindre des objectifs personnels et professionnels.

Laurent Voyer, Directeur de région et ReCréateur de valeur, souligne également ce changement : « On assiste à un changement dans le rôle même du travail dans la société, (…) un travail qui se veut plus collectif, plus partagé (…) et avec de nouvelles formes de travail, que l’on soit indépendant freelance, en temps partiel, temps partagé. »

Les parcours professionnels deviennent ainsi moins linéaires et plus variés, riches de multiples expériences souvent disparates.

Audrey Chapot note que la linéarité d’une carrière unique tend à disparaître, au profit de parcours hybrides et de multiples expériences professionnelles. Le cycle de vie des métiers se raccourcit, facilitant la transition entre différents métiers, que ce soit en parallèle ou successivement.

Cette adaptation à la pluralité des parcours et des modèles de travail par les professionnels RH requiert une flexibilité accrue et une ouverture d’esprit, permettant aux individus de naviguer et de s’épanouir dans un paysage professionnel en constante évolution.

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.