De quoi souffrent vos salariés en 2023 ?

De quoi souffrent vos salariés en 2023 ?
Adeline Lajoinie

Les troubles musculo-squelettiques sont le type de maladie professionnelle la plus répandue chez les salariés français. Et le mal de dos en est son expression la plus fréquente. Avec la démocratisation du télétravail, le mal de dos est-il en train d’empirer au sein du monde du travail ? La réponse d’une récente enquête de l’ifop pour PERCKO semble être un grand OUI.

« Allô, Patron bobo… » : TMS et Mal de dos majoritairement liés au travail

L’Ifop a réalisé pour PERCKO, auprès d’un millier de salariés, un panorama des souffrances physiques dans le monde du travail.

5 soft skills les plus valorisées en entreprise en 2023

Nos experts décryptent en exclusivité le top 5 des compétences : Leadership, Assertivité, Présentation impactante, Empathie et Écoute ; et vous offrent des clés actionnables immédiatement. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire Skillsday.

Télécharger

Cette enquête sur l’exposition des salariés aux troubles musculosquelettiques souligne l’importance des maux de dos dans un salariat qui tend souvent à sous-estimer ce trouble alors même qu’il peut impacter lourdement leur vie professionnelle et personnelle. 

En effet, selon l’enquête, la proportion de salariés souffrant d’au moins un trouble musculosquelettique (TMS) a progressé sensiblement entre 2010 (72%) et 2022 (86%), le mal de dos restant le trouble le plus répandu (69%), devant les douleurs liées à la nuque (58%), au genou (38%), au poignet (30%) et au coude (15%).

Et la plupart des salariés (77%) attribuent ces douleurs à leur activité professionnelle, en particulier les salariés souffrant du dos quotidiennement (86%). Plus largement, les salariés les attribuant à leur travail sont surreprésentés dans les rangs des travailleurs manuels (89%) et des télétravailleurs à temps complet (93%).

A lire également :

Mal de dos : une souffrance répandue mais pas assez prise au sérieux

Le mal de dos est une souffrance chronique répandue, qui affecte aujourd’hui un tiers des salariés (33%) au moins une fois par semaine. Cependant, il reste encore perçu comme trop bénin pour faire l’objet d’un arrêt de travail : 42% des salariés souffrant d’un mal de dos admettent qu’il leur est déjà arrivé de ne pas oser demander un arrêt de travail à leur supérieur en raison d’un mal de dos alors qu’ils auraient dû (42%).

Les salariés qui en souffrent ne se sentent alors pas vraiment considérés. Et une majorité de télétravailleurs (60%) estiment insuffisante la participation de leur entreprise à l’achat de matériel ergonomique et près de la moitié des salariés (47%) la jugent aussi insuffisante sur leur lieu de travail (47%). 

Advertisements

Ainsi, les trois quarts des salariés (73%) souhaiteraient que les entreprises financent des sièges aux télétravailleurs, surtout ceux qui télétravaillent actuellement à temps partiel (81%) et qui sont donc sans doute moins équipés que les télétravailleurs à temps complet.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Télétravailleurs, femmes et travailleurs pauvres plus impactés par le mal de dos

Au sein du monde du travail, qui souffre le plus de mal de dos ? Les femmes en souffrent régulièrement (c’est-à-dire au moins une fois par semaine) et sont nettement plus nombreuses (38%) que les hommes (27%), tout comme les télétravailleurs à temps complet (46%).

Si les catégories les plus pauvres sont les plus impactées (ceux qui gagnent moins de 894€ / mois), ce sont aussi eux, à 60%, qui demandent le moins d’arrêt de travail pour cette raison. 

Et les conséquences de ces maux de dos peuvent s’avérer désastreuses sur le long terme. La moitié des salariés souffrant du dos (46%) ont déjà rencontré pour cette raison des difficultés à faire des tâches / missions professionnelles.

Au-delà d’un “simple”  facteur de dégradation de l’état de santé physique global (pour 64% des personnes souffrant de mal de dos) , le mal de dos influe également sur l’état de santé psychologique (59%) des collaborateurs souffrants.

Il nuit aussi à la vie sociale (42%) et à la vie sexuelle (33%, dont 36% parmi les hommes) des salariés et donc à leur moral global.

A lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Ancienne journaliste, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.