Pourquoi 94% des PME peinent à recruter le bon profil

Pourquoi 94% des PME peinent à recruter le bon profil
Adeline Lajoinie

Nous le lisons partout et tout le monde en parle : recruter devient de plus en plus compliqué pour les entreprises.
Mais comment expliquer ce phénomène ? La pénurie de talent est-elle la seule raison ? Une nouvelle étude met en lumière les difficultés structurelles et conjoncturelles des entreprises françaises qui souhaitent recruter.

Le recrutement de nouveaux collaborateurs est-il vraiment aussi problématique qu’on le pense en France. Il semble que oui, au vu d’une récente étude de la CPME : 94% des dirigeants qui cherchent à recruter n’arrivent pas à trouver le bon profil. Pourquoi ? Les raisons sont multiples et aussi conjoncturelles que structurelles.

Problèmes de recrutement en entreprise : des raisons conjoncturelles

La CPME vient de publier les résultats de sa dernière enquête de conjoncture sur “La santé économique et l’emploi dans les TPE-PME au début de l’été 2022”. Et certains indicateurs sont à la hausse. L’avis des dirigeants quant à l’évolution globale de leur entreprise, par exemple, est plutôt bon : 37% des entrepreneurs constatent une amélioration par rapport au semestre précédent. Et 51% d’entre eux cherchent actuellement à embaucher. 

Mais les bonnes nouvelles s’arrêtent ici puisque 94% de ces patrons d’entreprises qui embauchent ont du mal à trouver le bon profil. À 74% car il n’y a pas de candidats pour leur poste et à 47% par manque de compétences. 

Ces problèmes de recrutement sont d’autant plus accrus qu’un dirigeant sur quatre se trouve face à un turn-over plus important que d’habitude, qu’ils expliquent par : 

  • Le souhait des salariés de se consacrer à autre chose que leur vie professionnelle (53%).
  • L’envie de changer de secteur d’activité (51%).
  • Le départ chez un concurrent proposant de meilleures conditions (33%).

Les raisons de ces problèmes de recrutement seraient donc majoritairement conjoncturelles : une forte reprise économique après la récession de 2020 avec des besoins croissants de nouveaux salariés et le changement de secteur d’activité de nombre de salariés avec la crise du Covid-19, qui doivent alors se former et monter en compétences sur leurs nouveaux postes.

Advertisements
cegos formation

Des problématiques de recrutement structurelles à prendre également en compte

Il existe cependant aussi des raisons structurelles à ces problématiques de recrutement : le marché du travail français manque en effet de qualifications particulièrement recherchées, notamment les programmateurs informatiques et les ingénieurs dans l’industrie.

Comme expliqué par la DARES et le CESE dans leurs récentes études, la pénurie de talents touche particulièrement certains secteurs. Ceux des métiers impliquant des “charges lourdes, du bruit, un travail répétitif, des agents chimiques dangereux, etc.” Mais aussi les emplois avec des horaires atypiques, du travail de nuit, des horaires “de coupure”, d’astreinte ou d’urgence, comme les aides à domicile et aides ménagères, les conducteurs routiers… 

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Quelles solutions pour parer à ces difficultés de recrutement ? 

Afin de pallier ces difficultés de recrutement, 67% des entrepreneurs ont augmenté les salaires en 2022. Et 40% l’ont fait pour tous leurs salariés.

Par ailleurs, 68% des dirigeants de TPE et PME disent avoir versé « récemment » des primes à leurs salariés (individuelles ou collectives comme la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat). Et 58% des dirigeants déclarent vouloir augmenter leurs salariés d’ici la fin de l’année, du fait de l’inflation.

Notez le

Rated 4.3 / 5 based on 304 reviews
Partager l'article

Adeline Lajoinie

Ancienne journaliste, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.