Protocole d’entretien des locaux : quelles sont les règles ?

Protocole d’entretien des locaux : quelles sont les règles ?
La rédac' Culture RH

L’importance du protocole de nettoyage

Le ménage de locaux d’entreprise n’est pas comparable à celui du domicile personnel. L’accueil d’un public large et diversifié (c’est-à-dire provenant de foyers différents) implique une grande organisation afin de garantir la salubrité des bureaux.

De plus, les gens ne retirent généralement pas leurs chaussures dans des locaux publics, il n’est donc pas rare de se retrouver avec une moquette sale ou un carrelage couvert de traces.

Ainsi, il est nécessaire d’élaborer un cahier des charges où seront listées les tâches principales à effectuer au quotidien. Les principales mesures d’hygiène obligatoires sont les mêmes pour tous les lieux publics, quelle que soit la nature de leur activité professionnelle :

  • nettoyage des sols et des vitres ;
  • désinfection et assainissement des parties communes (cafétéria, salle de repos, salle de réunion…) ;
  • nettoyage des toilettes et réapprovisionnement réguliers en papier hygiénique, savon et lingettes ;
  • aération des locaux ;
  • nettoyage des surfaces (bureaux, plans de travail, comptoirs…) ;
  • entretien des radiateurs, ventilation et climatisation ;
  • évacuation des poubelles.
  • Ces tâches essentielles constituent aussi des points de repère pour contrôler la propreté des locaux. La mise en place d’une procédure claire guide les agents de nettoyage et optimise leur performance. Pour les chefs d’entreprise et leurs collaborateurs, c’est la garantie de bénéficier d’un lieu de travail propre, salubre et accueillant.
  • Bien entendu, le niveau d’hygiène des locaux porte également un impact important sur l’image de l’entreprise.

Renforcement des mesures sanitaires

Suite à la crise de la COVID-19, tous les lieux publics doivent se plier à des mesures sanitaires très strictes. Le but, au-delà du seul souci hygiénique, vise à limiter la propagation du coronavirus et de tout autre agent pathogène susceptible de menacer la santé publique.

Différentes directives ministérielles ont vu le jour au fil de l’année 2020, et sont renouvelées régulièrement jusqu’à aujourd’hui.

Pour les entreprises comme pour tous les organismes accueillant du public, de nouvelles mesures se sont ajoutées aux protocoles sanitaires déjà en vigueur :

  • le nettoyage des zones de contact (poignées de portes, photocopieuses communes, interrupteurs, boutons d’ascenseur, rampes d’escaliers, etc.) est à renouveler plusieurs fois au cours de la journée ;
  • des produits d’entretien bactéricides et virucides doivent être appliqués au cours des missions de nettoyage ;
  • l’usage de lingettes désinfectantes remplace l’époussetage et le balayage humide est à préférer à l’utilisation de l’aspirateur.
  • Les agents d’entretien se retrouvent inéluctablement en première ligne pendant leurs missions. Ils doivent donc être protégés en conséquence. Le port du masque est évidemment obligatoire, mais également celui de blouse et de gants jetables.
  • En cas de suspicion de cas de coronavirus, ou de contamination avérée, les agents de ménage doivent être protégés par une tenue complète (chaussures et lunettes de protection comprises) avant de procéder au nettoyage et à la désinfection des locaux.

Le nouveau coronavirus, ce qu’il faut savoir

Le coronavirus a bouleversé les procédures d’hygiène habituelle à cause de sa résistance et de son haut degré de contamination. Afin de limiter sa propagation, les chefs d’entreprises sont invités à s’informer sur les caractéristiques de la COVID-19, lesquelles sont aussi valables pour d’autres agents pathogènes.

Le coronavirus est connu pour sa grande résilience en-dehors d’un organisme hôte (le corps humain). Il peut survivre de plusieurs heures (dans l’air ou déposé sur du carton) à plusieurs jours (sur le métal ou le verre). Cette étonnante résistance justifie donc de nettoyer les surfaces de contact plusieurs fois par jour, et l’usage régulier de gel hydroalcoolique.

Les risques de contamination aérienne ont été rapidement mis à jour par le corps scientifique dès les premières semaines de la crise. C’est pourquoi le port du masque s’est rapidement imposé. Malheureusement, cette seule mesure ne suffit pas à endiguer la pandémie.

Les procédures de nettoyage ont dû bannir la pratique de l’époussetage, du balayage à sec et de l’emploi de l’aspirateur afin de limiter les risques de présence de particule en suspension (donc faciles à inhaler ou pouvant être entraînées dans les conduits de ventilation).

La relation entre propreté sanitaire et maladie n’a jamais été aussi flagrante, aussi toutes les mesures doivent être prises afin de garantir la sécurité sanitaire. Le ministère du travail a mis en place le Protocole National pour guider les entreprises dans l’élaboration une procédure sanitaire efficace contre la propagation virale.

Notez le

Rated 4.4 / 5 based on 282 reviews
Partager l'article