Comment se servir du bilan de compétences pour bien se reconvertir dans les métiers à impact positif ?

Comment se servir du bilan de compétences pour bien se reconvertir dans les métiers à impact positif ?

De plus en plus de personnes ressentent l’envie d’orienter leur carrière vers des métiers à impact positif. Cette quête prend tout son sens aujourd’hui, alors que les défis sociaux et environnementaux occupent une place croissante dans le débat public. Heureusement, de nombreuses solutions s’offrent à vous si vous souhaitez vous engager dans cette voie. Le bilan de compétences peut notamment vous aider à faire le point sur vos motivations, identifier vos compétences transférables et explorer des pistes concrètes de reconversion professionnelle. Plus de détails à travers ce guide !

Qu’est-ce qu’un métier à impact positif ?

On qualifie de « métiers à impact », les emplois qui contribuent directement aux grandes causes sociales telles que l’environnement, le social, la santé, etc. De façon concrète, il peut s’agir des postes qui sont centrés sur la responsabilité sociétale des entreprises (RSE), le développement durable, l’économie sociale et solidaire ou encore l’innovation sociale.

En contribuant donc à des causes qui vous tiennent à cœur, vous vous procurez un sentiment d’utilité sociale épanouissant. C’est également l’assurance de travailler dans un environnement stimulant au contact de collaborateurs engagés.

Comment faire le bilan de compétences ?

Notez avant tout que vous devez vous soumettre à un conseiller pour faire un bilan de compétences efficace.

Ce professionnel du cabinet Bilan Compétences Conseils en l’occurrence vous aide à faire le point sur votre parcours, analyser vos motivations et révéler vos propres compétences que vous ignorez peut-être.

3 grandes phases sont à suivre à cet effet.

L’analyse du parcours professionnel et des motivations

Cette première phase vise à comprendre qui vous êtes, d’où vous venez et où vous voulez aller. À travers plusieurs entretiens avec un conseiller de la structure Bilan Compétences Conseils, vous reconstituez votre parcours professionnel et personnel. Des tests psychotechniques permettent aussi de déterminer vos points forts et vos axes de progrès ou points de vigilance.

Quel est votre degré de maturité RH ?

Basé sur les résultats d’une enquête menée auprès de 740 leaders RH dans le monde, cet Index de Maturité RH vous permettra de situer votre profil parmi ceux du marché et d’orienter efficacement votre stratégie RH. Une méthodologie inédite, des chiffres exclusifs et des analyses ciblées pour des recommandations concrètes ! Cet index de maturité RH vous est proposé par notre partenaire Cegid.

Je télécharge le guide RH

L’exploration des métiers et des formations

La seconde étape consiste à explorer des pistes d’évolution professionnelle potentielles à partir de vos motivations. L’idée est de vous ouvrir à des univers métiers que vous n’aviez peut-être pas envisagés au départ.

Votre conseiller vous présente donc diverses fiches métiers et formations pour vous éclairer sur les passerelles possibles avec votre profil. Des phases d’observation en entreprise ou des rencontres avec des professionnels vous immergent aussi dans le quotidien concret de certains de ces postes.

La construction d’un projet professionnel

Pour cette dernière étape, vous travaillez avec le conseiller du cabinet Bilan Compétences Conseils pour définir plusieurs projets professionnels qui sont alignés avec votre profil. Vous définissez ensuite une feuille de route concrète pour chaque projet retenu.

C’est en réalité une sorte de « business plan » de votre évolution professionnelle, avec des étapes intermédiaires pour sécuriser votre reconversion vers le métier choisi.

Quels domaines explorer en priorité ?

Plusieurs pistes s’offrent à vous si vous tenez vraiment à une carrière qui a du sens. En voici des exemples prometteurs.

Les métiers liés à la RSE et au développement durable

On observe ces dernières années une montée en puissance des directions RSE au sein des entreprises, quels que soient leur taille et leur secteur d’activité.

Cette fonction définit la stratégie de responsabilité sociale et environnementale et pilote sa déclinaison opérationnelle. De nouveaux postes émergent ainsi pour prendre en charge les multiples chantiers qui en découlent.

À titre d’exemple, le chargé de mission RSE joue un rôle central pour coordonner les différents contributeurs internes, construire les plans d’action prioritaires et en assurer le suivi. N’hésitez donc pas à vous soumettre au protocole d’un cabinet de recrutement RSE afin de maximiser vos chances.

L’économie sociale et solidaire

Les structures de l’ESS (associations, coopératives, mutuelles, fondations) constituent un vivier d’opportunités si vous aspirez à allier engagement et travail. Souvent guidées par un projet d’utilité sociale, ces organisations à but non lucratif portent des missions variées, notamment :

  • la lutte contre l’exclusion ;
  • l’éducation à l’environnement ;
  • l’aide aux plus démunis ;
  • l’insertion par l’activité économique, etc.

Elles ont donc besoin de profils militants et engagés pour les épauler sur le terrain, à l’instar des chargé(e)s de projets solidaires qui conçoivent et coordonnent des actions de solidarité locales.

L’innovation sociale

De jeunes pousses créent régulièrement des solutions technologiques, collaboratives ou éducatives à fort impact social ou écologique.

On retrouve par exemple des chefs de projets d’innovation chargés de développer de nouveaux services solidaires. Pour ce faire, ils s’appuient sur le digital pour mieux connecter une communauté ou favoriser l’entraide.

Il y a aussi des business developers dont la mission est de détecter des marchés porteurs pour y déployer des offres innovantes à dimension sociale. Cela nécessite qu’ils construisent des partenariats gagnant-gagnant avec de futurs clients.

Les énergies renouvelables et la finance durable et solidaire

La filière des énergies propres (solaire, éolien, biomasse, etc.) recrute beaucoup pour accompagner la transition énergétique de chaque pays. Les bureaux d’études notamment recherchent des ingénieurs, des techniciens de maintenance et des chefs de projets.

Quant au domaine de la finance durable et solidaire, ce secteur connaît un essor important sous l’impulsion d’une demande croissante d’épargnants.

De nouveaux métiers de conseil émergent ainsi pour orienter cette épargne responsable aussi bien des particuliers que des institutionnels, vers des fonds ISR qui intègrent des critères ESG.

Quelques conseils pour trouver un poste et réussir son intégration !

Pour mettre toutes les chances de votre côté afin de décrocher ce premier emploi tant convoité, vous devez soigner votre CV en mettant en avant les compétences clés attendues sur ce type de poste : gestion de projet RSE, maîtrise des enjeux du développement durable, leadership, etc. Valorisez aussi votre fibre sociale ou écologique à travers vos engagements personnels.

Préparez tout de même votre candidature en vous informant en profondeur sur l’entreprise, son positionnement RSE et les missions du poste. Lors de l’entretien, montrez votre motivation pour contribuer à ces actions responsables qui vous tiennent à cœur. Une fois recruté, tout l’enjeu est de vous intégrer efficacement à cette nouvelle culture d’entreprise.

Identifiez donc les parties prenantes internes incontournables, obtenez des résultats rapides sur vos premières missions, faites-vous mentorer par un collaborateur expérimenté, etc. Vous gagnez ainsi en légitimité et en crédibilité dans cet univers aux codes spécifiques.

Partager l'article