Covid-19

Cellule d’écoute et de soutien psychologique aux chefs d’entreprise : prolongation de 6 mois.

prolongation-dispositif-cellule-écoute-soutien-psychologique-chef-entreprise-covid-19

En plein cœur de la seconde vague du covid-19, la situation de nombreux chefs d’entreprise, artisans, commerçants est de plus en plus préoccupante. Sur l’aspect économique, ils peuvent bénéficier de différentes mesures de soutien mises en place depuis mars 2020, prolongées et renforcées cet automne face à ce second confinement.

Mais face à cette situation sans précédent, ils ont également un grand besoin d’écoute et de soutien psychologique. Le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance a ainsi annoncé, le 7 novembre 2020, la prolongation pour 6 mois de la cellule d’écoute et de soutien psychologique aux chefs d’entreprise.

De quoi s’agit-il ? À qui s’adresse cette cellule et comment fonctionne-t-elle ?

L’essentiel sur la cellule d’écoute et de soutien psychologique.

Voici les informations essentielles pour mieux connaître le dispositif et savoir comment en bénéficier.

Qu’est-ce que c’est ?

Cette cellule a été mise en place le 27 avril 2020. Elle propose une première écoute et/ou un soutien psychologique aux chefs d’entreprise en détresse face à la crise de la covid-19.

Initialement prévue jusqu’à fin octobre 2020, elle est prolongée de 6 mois. Les chefs d’entreprise pourront donc bénéficier de ce dispositif d’écoute, gratuit et confidentiel, jusqu’en avril 2021.

Qui peut en bénéficier ?

Ce dispositif s’adresse à tout chef d’entreprise, avec ou sans salarié : dirigeants, artisans, commerçants, indépendants, professions libérales…

Comment la contacter ?

Un numéro vert est mis à disposition. Il est accessible 7 jours sur 7, de 8h à 20 heures.

NUMÉRO VERT 0 805 65 505 0

Comment elle fonctionne ?

Les échanges sont personnalisés et totalement confidentiels. Ils sont menés par des professionnels spécifiquement formés qui peuvent orienter le chef d’entreprise vers un accompagnement adapté à sa problématique.

Dans les cas les plus préoccupants, il peut être proposé au chef d’entreprise de bénéficier d’une prise en charge psychologique gratuite.

Dans les autres cas, la cellule peut proposer une orientation vers des structures spécialisées.

À lire également :

Le dispositif en détail.

Objectif de la cellule d’écoute et de soutien psychologique.

L’objectif de cette cellule d’écoute est de ne pas laisser les entrepreneurs seuls pendant cette période de crise sanitaire et économique. Ces derniers se retrouvent en effet confrontés à des enjeux sans précédent, notamment :

  • Le risque de fermeture de leur entreprise;
  • L’inquiétude face à la santé et à l’avenir de leurs salariés.

À cela s’ajoute les problèmes personnels, de santé, l’inquiétude pour leur famille etc.

Ce dispositif leur permet donc de ne pas rester isolés face aux difficultés rencontrées, d’avoir la possibilité d’échanger ou d’être accompagnés s’ils en ressentent le besoin.

Les intervenants.

Pour mettre en place cette cellule d’écoute, le ministère de l’Économie s’appuie en premier lieu sur l’APESA (association d’aide psychologique aux entrepreneurs en souffrance aiguë). Créée en 2013, cette structure vient en aide aux chefs d’entreprise grâce à une équipe de près de 400 praticiens spécialisés.

De nombreux partenaires viennent en soutien et participent au dispositif :

  • Harmonie mutuelle;
  • CCI France;
  • CMA France;
  • La banque thémis.

Le bilan du dispositif depuis Avril 2020.

Mise en place depuis avril 2020, la cellule d’écoute et de soutien psychologique a déjà pu démontrer son utilité. D’où la décision du gouvernement de la prolonger.

D’avril à octobre 2020, la cellule a ainsi enregistré :

  • 957 appels;
  • 421  prises en charge de dirigeants par les partenaires du dispositif.

Ces chiffres représentent une hausse de 46% des prises en charge par l’APESA par rapport à la même période sur 2019.

A propos de l'auteur

Céline Le Friant

De formation juridique, j’ai pu évoluer en entreprise sur des postes de juriste en droit social, responsable paie, puis responsable RH. Forte de ces 13 années d’expérience, je travaille aujourd’hui à mon compte en tant que responsable RH et juriste en droit social à temps partagé. J’aide les entreprises à retrouver la sérénité dans la gestion de leurs salariés en intervenant de manière ponctuelle ou régulière, en fonction des besoins.
Je propose également des missions de sous-traitance en droit social pour des cabinets d’experts comptables et d’avocats.