Le télétravail plébiscité… mais perfectible

Le télétravail plébiscité… mais perfectible
La rédac' Culture RH

Une étude Ugict-CGT publiée le 6 septembre pointe les inconvénients d’un télétravail mal cadré.

« Le télétravail en mode dégradé du premier confinement reste la norme dans les entreprises. »

C’est l’un des enseignements de l’enquête nationale* Ugict-CGT (Union générale des ingénieurs, cadres et techniciens de la CGT), qui, après s’être intéressée au travail confiné, fait le point sur le « télétravail, un an après ». De quoi inciter le syndicat à réclamer un meilleur encadrement de ce mode de travail.

Celui-ci est, malgré tout, « plébiscité comme vecteur de temps libéré et d’autonomie » et « s’accompagne d’une redéfinition des priorités et d’une quête de sens sur le contenu et la finalité du travail. ».

Ainsi, la quasi-totalité des répondants (98 %) déclarent souhaiter continuer à télétravailler après la crise sanitaire. Mais sur une durée moindre, majoritairement autour d’un mi-temps.

Alerte dépressive

Parmi les problèmes soulevés par l’enquête : une forte augmentation du temps, de la charge et de l’intensité du travail, qui accentue la porosité entre vie professionnelle et vie personnelle.

Mais également une prise en charge insuffisante des équipements et frais professionnels. Laquelle se limite à l’ordinateur portable, sans fauteuil ergonomique ni double écran – d’où l’apparition de troubles musculosquelettiques (TMS) ou de migraines oculaires chez 40 % des sondés.

La santé mentale des télétravailleurs est également affectée : « 45 % des répondants sont en alerte dépressive et 19 % présentent un symptôme dépressif, d’après l’échelle définie par l’Organisation mondiale de la santé », précise l’Ugict.

Qui souligne également la délicate situation des managers – « les plus exposés aux risques organisationnels » – et l’exacerbation des inégalités femmes-hommes lorsque le télétravail se cumule avec la garde d’enfant.

*Près de 15 000 réponses recueillies via un questionnaire accessible en ligne en mai et juin dernier.

Notez le

Rated 4.4 / 5 based on 203 reviews
Partager l'article

La rédac' Culture RH